Si les truites pouvaient parler

De la bonne gestion de l’eau des nappes alluviales

Présentation lors de l’AG de l’Association des Moulins du Morvan et de la Nièvre (AMMN) le 16 mars 2024
par Pierre Potherat (ICTPE retraité) – Auteur de « Si les truites pouvaient parler« .

Introduction

La gestion de l’eau est un enjeu crucial pour la préservation de nos écosystèmes et le bien-être des populations. Au cours des décennies passées, diverses méthodes ont été employées pour réguler les cours d’eau et prévenir les inondations. Cependant, ces interventions ont souvent eu des conséquences néfastes sur l’environnement.
Cet présentation (PDF ci-dessous) explore les erreurs du passé et propose des approches plus durables pour l’avenir.

Les leçons de l’histoire

Carte hydraulique du basin de la seine
Carte hydraulique du basin de la Seine

Entre 1959 et 1970, des projets de grands curages et de rectification des lits des cours d’eau ont été mis en œuvre dans le bassin versant de la Seine. Bien que ces initiatives visaient à contrôler les crues, elles ont entraîné l’assèchement des rivières, la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes aquatiques.
Les photographies historiques comparées aux images récentes montrent clairement les impacts négatifs de ces méthodes. Les cours d’eau rectifiés ont perdu leur capacité de stockage d’eau, ce qui a conduit à des crues éclairs et à une réduction significative de la végétation riveraine.

Vers une gestion plus respectueuse des écosystèmes

Il est crucial de réévaluer nos approches actuelles pour mieux protéger nos ressources en eau.
Quelques principes clés sont à mettre en place pour une gestion plus durable des nappes alluviales :

  • Revenir à une gestion intelligente et active des ouvrages qui peuvent être des alliés précieux. Une vision tout à fait conforme aux convictions des associations de riverains et propriétaires de moulin dont le but est de retrouver cette action conjointe autour des patrimoines naturels, culturels et techniques.
  • Restaurer les Écosystèmes Aquatiques : Encourager la végétation riveraine et les zones humides pour améliorer la capacité de stockage de l’eau et renforcer la biodiversité.
  • Adopter des Méthodes Naturelles : Utiliser des techniques de gestion basées sur la nature, comme la réhabilitation des lits de rivières et la création de méandres, pour améliorer la régulation des flux d’eau.
  • Impliquer les Communautés Locales : Sensibiliser et engager les populations locales dans la gestion de l’eau pour garantir des solutions durables et adaptées aux besoins locaux.

Conclusion

En tirant des leçons des erreurs passées, nous pouvons adopter des approches plus équilibrées et respectueuses des écosystèmes aquatiques. Une gestion durable de l’eau est essentielle pour préserver nos ressources naturelles et assurer un avenir prospère pour les générations futures.

Pour en savoir plus

Pour approfondir cette thématique et obtenir des détails plus spécifiques, la commande du livre « Si les truites pouvaient parler » pourrait vous apporter une vision complète et des informations additionnelles enrichissantes.

Cet ouvrage est disponible auprès de notre association.

Points clés abordés dans le livre « Si les truites pouvaient parler« :

  • Adaptation des rivières aux besoins humains : Les lits des rivières sont de plus en plus adaptés aux besoins des hommes, ce qui modifie leur écologie naturelle.
  • Effets de l’effacement d’ouvrages sur les cours d’eau : Exemple du vannage du moulin de Prusly sur Ource effacé en été 2017, entraînant l’assèchement de la rivière chaque été depuis.
  • Observation par des photos : Comparaison de l’Ource à Thoires entre deux dates (10 mars 2020 et 1er avril 2020) pour montrer les précipitations et les changements consécutifs. Une photo de la Seine à Pothières en 1963 montre les paysages des rivières avant certaines modifications.
  • Impact écologique : Présence de zones asséchées et des crues éclairs dues à des défauts de stockage de l’eau dans les alluvions. Les effets négatifs sur la végétation environnante, tels que la présence de frênes centenaires qui ne peuvent plus pousser les pieds dans l’eau.
  • Zones des pertes de l’Ource : Des pertes d’eau sur la rivière Ource sont marquées sur le document comme des zones critiques.

Publications similaires